Un ultra grand angle pour l’été

0
24
Summer-with-ultra-wide-angle
1-irix-on-vacation

Les vacances. C’est un moment que beaucoup d’entre nous attendent avec impatience chaque année.

Dans notre esprit, tout est déjà programmé et nos valises sont bouclées pour toute éventualité. Nous allons de l’avant pour découvrir de nouveaux lieux et améliorer notre talent photographique. Nous espérons également que, en plus de tous ces merveilleux souvenirs, nous reviendrons tous avec un disque plein de photos fascinantes et d’images imaginatives que nous passerons du temps à trier pour sélectionner ces clichés dignes de récompenses.

 

Summer-with-ultra-wide-angle

Le point commun de tout photographe projetant d’effectuer un voyage est évidemment de choisir soigneusement sa destination, que l’on soit simplement amateurs armé d’un smartphone ou un professionnel disposant d’une multitude d’équipements haut de gamme soigneusement disposés dans un valise. Mais ce qui nous distingue les uns des autres, c’est la manière dont nous abordons nos préparatifs pour y parvenir: il y a ces minimalistes qui ne prennent qu’un petit appareil photo / téléphone compact, et il y a les adeptes qui transportent habituellement un ensemble de focales fixes de 35mm/85 mm ou de 24mm/50 mm. D’un autre côté, il y a les fervents croyants du mantra «tout va être utile», qui prennent avec eux toute une gamme d’objectifs de 14-24mm / 24-70mm / 70-200mm. Mais indépendamment de ce que nous prenons avec nous, nous pouvons être sûrs qu’avec chacun de ces ensembles – avec un peu de pratique et de chance – nous prendrons des photos à couper le souffle, des images et des tableaux dont on se souviendra longtemps et même plus longtemps encore dans notre portefolio.

Summer-with-ultra-wide-angle
Fig. Riccardo Montero

Mais cet article n’a pas pour but de vous conforter dans vos choix. Il est au contraire fait pour vous rendre curieux et prêt à prendre du recul sur vos photos et peut-être même vous remettre en question, un concept non moins intéressant.

Jusqu’à récemment, je préférais utiliser un ensemble 28mm f/1.8 plein format (avec un filtre polarisant et un ND64 de manière à profiter d’une grande ouverture sous le soleil chaud du sud de l’Europe) en tandem avec le 50mm f/1.4 (assorti d’un filtre ND128 et la perspective sympathique de revenir avec de beaux portraits en plein soleil). Ces deux objectifs répondaient tellement bien à mes besoins qu’il ne m’est même pas venu à l’idée de me demander s’il me manquait quelque chose. Cependant, il ya quelques temps, j’ai eu l’occasion de prendre un objectif Irix 11mm f/4.0 pour mes vacances et … disons que cela a mis fin à mon idée de ce que je considérais comme l’équipement idéal pour partir en voyage.

Summer-with-ultra-wide-angle
Fig. Mike Snijder, Instagram: @cameragearlust

Un objectif ultra-grand-angle comme l’Irix 11mm f/4.0 nous donne une toute nouvelle idée de cadrage et de perception de ce qui est devant nous. À première vue, c’est un objectif exigeant, parfois même difficile à appréhender et il faudra plusieurs tentatives pour l’apprivoiser (vous pouvez soudainement vous retrouver avec vos propres pieds dans le cadre lors de la prise de vue verticale!). Mais il permet d’obtenir des photos extrêmement intéressantes et incroyables. Tout d’un coup, il importe peu que l’on se retrouve dans le sud de l’Europe, chauffés par la chaleur du soleil dans les rues étroites de belles villes historiques, ou en visite à Lofoten (quoique très charmant) avec son climat minimal et dur. Le large objectif nous offre de nouvelles possibilités de photographie et d’expression, que nous prenions des paysages, des monuments (parce que nous devons capturer ce plan unique du Colisée, du palais de Dioclétien ou des rues étroites de Venise) ou la beauté minimaliste que renferme l’architecture moderne.

Summer-with-ultra-wide-angle

Fig. Paweł KlareckiLes objectifs à ultra-grand-angle sont pleins de contradictions: ils sont difficiles à maîtriser mais donnent d’excellents résultats. Paradoxalement, ils sont fabuleusement simples à utiliser du côté technique de la photo. Pourquoi? Eh bien, ces lentilles extrêmement larges n’ont pas vraiment besoin d’autofocus : à F/4.0, la profondeur de champ varie de 2 mètres à l’infini, et à F/8.0 de 80 cm à l’infini. Cela nous permet, en combinaison avec le verrouillage de la bague de mise au point (si l’objectif le permet), de déclencher après avoir effectué ses réglages une fois pour toutes, pratiquement sans avoir besoin de se souvenir de ces paramètres de la journée. Ceci est particulièrement pratique lorsqu’on visite de nouveaux endroits où l’on n’a pas forcément le temps de s’installer et repenser à tous les réglages et paramètres pour la photo.

Summer-with-ultra-wide-angle

Échelle de distance et verrouillage de la bague de mise au point sur l’exemple de l’objectif Irix 11mm F / 4.0

La plupart d’entre nous serait probablement réticent à s’intéresser à un tel objectif. En effet, il ne permet pas l’utilisation de filtres polarisants et je dois admettre que, je suis moi-même un grand fan du très populaire CPL. Mais après mes premières tentatives (sur l’Irix 15mm f / 2.4, qui a le filetage approprié), mes doutes sur la pertinence de l’utilisation de ce type de filtre ont rapidement disparu car l’angle de vue (déjà à 15mm) est si large que l’effet de polarisation ne couvre souvent pas toute la trame. J’ai donc décidé que je n’utiliserais pas de CPL, ce qui m’a poussé à sauter directement sur l’option la plus large possible. Bien que, pour être honnête, je dois admettre que dans des conditions spécifiques, le filtre polarisant trouve toujours une utilisation sur des objectifs extrêmement larges, comme pour photographier des objets brillants (par exemple des voitures) ou un lac (quand on veut compenser les réflexions spécifiques de la surface).

Avec un objectif ultra-grand angle, il vaut la peine de suivre quelques règles, mais comme toujours, les casser peut également mener à prendre des photos intéressantes. Donc, dans cet esprit, je voudrais partager avec vous huit principes que vous devriez prendre en compte lors de la prise de vue avec un objectif ultra-grand angle.

1) Remplir le champ avec quelque chose d’intéressant

Peut-être que cela semble banal, mais y a-t-il quelque chose de plus évident que de photographier seulement des choses intéressantes ? Certainement pas, mais avec un champ de vision supérieur à 110 degrés, il faut veiller à ce que l’attention du spectateur se concentre sur quelque chose de spécifique car, en remplissant le cadre avec tout et n’importe quoi, il peut souvent s’avérer qu’il n’y a rien.

Summer-with-ultra-wide-angle
Fig. Riccardo Montero

2) Rapprochez-vous, très près

Un point important dans la sélection de la distance focale est la perspective qu’elle crée, de la compression d’image des téléobjectifs à la vue naturelle de l’objectif 50mm, en passant par une perspective étendue des ultra-grand angles. Ces derniers peuvent ajouter un effet dramatique à la scène photographiée en lui donnant un regard non naturel. En utilisant cette propriété, nous pouvons mettre en évidence le premier plan de manière impressionnante et ainsi s’éloigner de plans et d’arrière-plans supplémentaires. Grâce à cela, l’attention du spectateur est involontairement dirigée vers le sujet qui nous intéresse.

Summer-with-ultra-wide-angle
Fig. Isabella Tabacchi

3) Le sujet de la photo – c’est ce que nous voulons

Avec une optique large, le sujet de la photographie – que vous le vouliez ou non – se situera généralement plus ou moins au centre, donc il vaut mieux considérer comment capturer une scène donnée pour qu’elle ne ressorte pas trop caricaturée. Par exemple, une personne au centre de l’image qui tend les mains vers nous sortira comme non naturelle (les mains seront incroyablement minces et longues). Cela peut être considéré comme une expression artistique pour certains, mais dans un cas général ce n’est pas une bonne pratique dans la photographie de tous les jours. Penchons-nous donc sur le sujet principal de notre photo et «habillons-le» dans des cadres naturels, par exemple des portails, des stalles, des murs, des arbres, des bâtiments, etc.

Summer-with-ultra-wide-angle

Fig. Vadim Sherbakov

4) Agrandissez un très petit espace

Énonçons une évidence : les petits espaces sont petits. Les optiques les plus larges sont un rêve devenu réalité ; ils sont l’outil parfait des agents immobilier et des restaurateurs, bien que personnellement je n’approuve pas la pratique de faire passer une salle de bains de trois mètres carrés pour une piscine. Mais même si les objectifs ultra grand angle ont tendance à étirer la réalité, il faut reconnaître qu’il serait extrêmement difficile, voire impossible, de photographier ces intérieurs sans eux. Cependant, le même principe s’applique aux photos en extérieur. On peut photographier de la même manière d’innombrables sujets comme des fourgons rétro, des campeurs autour du feu de camp, en train de se reposer dans un hamac et ainsi de suite. Dans ce domaine, la créativité n’a pas de limites.

Summer-with-ultra-wide-angle
Photo: Paweł Ulatowski

5) Ajouter du caractère en utilisant les lignes de force

L’une des caractéristiques de la photographie est l’utilisation de lignes de force. Leur perception peut être extrêmement créative: de simples panneaux de signalisation peints, aux clôtures, plutôt populaires dans la photographie de paysage, en passant par des escaliers en colimaçon souvent utilisés dans la photographie d’architecture, jusqu’aux queues de personnes attendant quelque chose. C’est intéressant parce que l’œil humain est construit de telle manière que nous remarquons ces lignes involontairement et concentrons ainsi notre attention sur elles. La façon la plus simple d’expliquer cela est de cadrer de «quelque part». Il peut s’agir d’une ligne verticale, horizontale, transversale, diagonale, inclinée ou autre. Mais pour l’oeil vraiment entraîné nous pouvons avoir le nombre d’or – autrement dit la spirale de Fibonacci (simplement, vous créez une grille comme dans la règle des tiers, mais qui utilise un rapport 1: 1.618, au lieu de diviser le cadre en parties égales). La spirale et la grille sont toutes deux de bonnes formes à garder à l’esprit lorsque vous composez votre image. Cependant c’est, à mon avis, la technique la plus difficile de toutes ; cela demande de la pratique pour donner une composition incroyablement harmonieuse.Summer-with-ultra-wide-angle

Fig. Paweł Klarecki

6) Attention ! Quelque chose va tomber !

Lorsque l’on photographie l’architecture, il convient de rappeler un principe simple: la matrice de la caméra (le dos de la caméra pour faire plus simple) doit rester perpendiculaire à l’objet photographié sinon on aura l’impression que l’objet photographié s’appuiera sur nous ou s’éloignant anormalement. Comme d’habitude, il y a des exceptions à cette règle, mais il faut l’utiliser avec prudence, sinon notre photo pourrait atterrir dans la corbeille car la correction de cette erreur en post-production est difficile et donne rarement des résultats satisfaisants.

Summer-with-ultra-wide-angle
Fig. Vadim Sherbakov

7) Prenez des photos à hauteur de hanche

Vous avez peut-être regardé, dans votre jeunesse, des films de westerns dans lesquels les héros, dégainant de la hanche, finissent par atteindre de grands « résultats ». Les objectifs grand angle donnent l’occasion de réaliser de vieux rêves et de nous mettre dans la peau d’un héros de film – la perspective «de la hanche» est parfaite dans ce type de construction. La suggestion dans le cadre est construite juste comme il faut et laisse assez d’espace libre autour de la personne / sujet de l’image. Il est extrêmement facile de photographier de cette manière avec la fonction de verrouillage de mise au point réglée sur une valeur spécifique, par exemple 2m-> infini ou 0.5m-> 20m.

Summer-with-ultra-wide-angle
Fig. Pawel Klarecki

8) En bref, photographiez !

J’espère que ce qui est livré ici dans cet article est quelque chose que vous avez trouvé intéressant. J’ai laissé le champ libre à la discussion parce qu’il y a tellement d’opinions divergentes de la part de tant de photographes. Après tout, la beauté de la photographie réside dans le fait que, en tant que médium basé sur l’image, elle laisse la porte entrouverte pour discuter de ce que nous perpétuons et de quelle manière. L’appareil photo, l’objectif et les filtres ne sont que des outils qui vous permettent d’obtenir un effet spécifique, et l’utilisation d’optiques à large champ de vision vous permet de montrer le monde d’une manière que nous ne pouvons pas voir de nos propres yeux.

Summer-with-ultra-wide-angle
Fig. Vadim Sherbakov
Author:

Piotr Tomala
Irix Product Manager

Logo Irix

PARTAGER
Article précédentGuide d’achat rapide pour choisir son flash
Julie
Passionnée par la communication digitale et la relation clients. Photographe amateure possédant un boîtier un peu trop vieux mais des objectifs au top. Gameuse aussi quand il reste du temps :)

Laisser une réponse

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.