[TECHNIQUE] 10 astuces pour réussir ses photos de coucher de soleil

0
1984
reussir ses couchers de soleil en photo

Le coucher de soleil est un passage obligé pour toute personne qui souhaite faire des photos de paysage. Et pour cause, c’est le moment de la journée où le ciel revêt des couleurs éclatantes et la douce lumière du soleil met en exergue les textures du sol. En ce qui me concerne je fais 90% de mes photos au coucher du soleil, c’est pourquoi je vais vous livrer quelques astuces pour réussir ce type de photo.

1. Vérifier la météo avant de partir

Cela peut paraitre évident comme ça, mais je ne vous conseille pas de vérifier la météo pour savoir s’il va pleuvoir, je vous conseille de vérifier la météo car il n’y a rien de plus ennuyeux qu’une photo de coucher de soleil sans nuages… Au coucher du soleil, ce sont justement les nuages qui apportent de la couleur au ciel, c’est pourquoi, au moment de planifier votre « session sunset », il convient d’inspecter la météo. Le paramètre qui va nous intéresser est la couverture nuageuse, pour moi, idéalement il faut entre 20% et 70% de couverture nuageuse mais il n’y a pas de règles précises. On peut avoir des conditions exceptionnelles avec un soleil qui perse sous un manteau nuageux dense, ou avoir un magnifique coucher de soleil avec juste un ou deux nuages autour du soleil. La brume est aussi un bon paramètre a scruter, cela donne une atmosphère intéressante à la photo.

Coucher de soleil sur le Wharf de la Salie sans nuage par Jean-Philippe Bellon
Couverture nuageuse nulle mais présence de brume au Wharf de la Salie
Coucher de soleil sur le Wharf de la Salie avec beaucoup de nuages par Jean-Philippe Bellon
Couverture nuageuse supérieure à 70% au Wharf de la Salie

2. Vérifier l’orientation du lieu et la course du soleil

Il n’est pas toujours évident de savoir si un lieu se prête bien aux photos de coucher de soleil. En fonction de la période de l’année, le soleil se couche plutôt au nord-ouest ou plein ouest.
Mais pas de panique, il existe des applications qui permettent de connaitre la position du soleil à un endroit précis en fonction du jour et de l’heure. Je vais vous présenter deux applications complémentaires qui permettent de ne pas être surpris par la trajectoire du coucher du soleil.

SunSurveyor (seulement sur smartphone)

SunSurveyor permet de voir en temps réel la trajectoire que va suivre le soleil lors de sa descente grâce à la réalité augmentée.
L’application utilise l’appareil photo de votre smartphone, vous filmez le ciel, vous cherchez le soleil, et en sur-impression sur votre écran SunSurveyor vous affiche la course du soleil tout au long de la journée.

Application SunSurveyor
SunSurvetor.com / Disponible sur Android & iOS

The Photographer Ephemeris (ordinateur & smartphone)

The Photographer Ephemeris est mon application préférée, elle se base sur Google Maps pour afficher l’orientation du soleil au lever du soleil, au coucher du soleil pour un lieu et une date précise. Disponible gratuitement sur ordinateur, elle est tellement pratique que ce serait dommage de s’en priver.
J’utilise principalement cette application pour planifier un séjour photo sur un lieu que je n’ai pas encore visité et ainsi repérer (en vue aérienne) les lieux.

Application The Photographer Ephemeris
Photoephemeris.com / Disponible sur ordinateur & smartphone

3. Arriver au moins une heure avant le coucher du soleil

Ce point est fondamental pour moi, et ce pour plusieurs raisons :
– Tout d’abord pour repérer les lieux, bien qu’il soit possible, comme nous l’avons vu au point précédent, de repérer les lieux virtuellement, trouver le bon endroit prend bien souvent beaucoup un peu de temps.
– Ensuite de profiter des changements d’ambiance dans le ciel. Durant la descente du soleil, le ciel est en changement constant, être sur les lieux bien avant le coucher du soleil vous permettra de profiter de cette descente et de faire plusieurs types de photos.
– Dernière raison d’arriver tôt, trouver un premier plan : c’est la prochaine astuce !

4. Trouver un premier plan

Par définition une photo est plate, en deux dimensions. Afin d’apporter de la profondeur et de la perspective à une photo, il faut y intégrer un premier plan. C’est pour cela qu’il est important d’arriver bien avant le coucher du soleil, la recherche d’un premier plan ou d’un élément intéressant qui guidera l’oeil est long et souvent fastidieux. Afin que vous vous rendiez mieux compte de l’importance d’un premier plan efficace, voici une photo que j’ai pris à Bordeaux sur le miroir d’eau, à gauche vous avez la photo telle que je l’ai prise (une feuille orange qui flashe au premier plan) et à droite la même photo sans ce premier plan. Vous préférez laquelle ? Laquelle vous parait plus intéressante ?

Photo avec et sans premier plan
À gauche la photo originale, à droite la même photo mais sans la feuille

5. Bien choisir et régler son matériel

Le matériel

Lorsque je photographie des couchers de soleil j’utilise principalement un UGA (Ultra Grand Angle), c’est ce type d’objectif qui va vous permettre de sublimer le spectacle qui s’offre à vous. Ainsi je vous conseille d’utiliser un objectif dont la focale est comprise entre 10mm et 24mm pour un APS-C et entre 14mm et 35mm pour un Full-Frame.

J’utilise TOUT le temps un trépied pour les couchers de soleil, cela pour plusieurs raisons :

  • éviter le flou de bouger au moment de déclencher
  • prendre plusieurs photos avec le même cadrage à plusieurs minutes d’écart
  • de faire des poses longues
Utilisation d'un trépied au bord de l'eau
Utilisation d’un trépied en bord de mer

La prise de vue

En ce qui concerne la prise de vue, voici les réglages par défaut que j’utilise et que j’adapte ensuite à la scène :

  • Sensibilité ISO : la plus petite possible, cela permet d’obtenir une photo exempte de bruit nuérique
  • Ouverture : entre f/7.1 et f/16 maximum. Pourquoi pas plus de f/16 ? Tout simplement pour obtenir un piqué optimal et éviter la diffraction
  • Vitesse d’obturation : là cela dépend vraiment de la scène et de votre ouverture, il n’y a pas de règle. Par contre je vous conseille vivement de sous-exposer vos photo afin de pouvoir récupérer le maximum d’informations dans le ciel. Une photo sous-exposée se corrige en post-traitement, alors qu’un ciel brulé restera blanc en post-traitement
  • Définissez le retardateur : comme l’utilisation du trépied, le retardateur ou une télécommande permet d’éviter le flou de bouger au moment du déclenchement
  • Balance des blancs : réglez la sur lumière du jour, cela permettra d’obtenir des couleurs proches de ce que vous voyez (mais là encore libre à vous de mettre ce que vous voulez)
  • Utilisez le Liveview : j’utilise le liveview pour me simplifier les réglages de l’ouverture et vitesse d’obturation, j’ai le résultat en direct. Je l’utilise également pour choisir l’endroit sur lequel je vais faire ma MAP (mise au point) si je ne suis pas à l’infini.
  • Si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté et éviter de rentrer bredouille n’hésitez pas à utiliser le bracketing. Cette technique permet de prendre 3 photos à chaque déclenchement, une photo sous-exposée, une photo exposée normalement et une photo sur-exposée, ainsi vous aurez assurément une des trois photos qui sera bonne.
Aperçu d'une photo de coucher de soleil
Aperçu de la photo capturée avec quelques réglages : f/10, sous exposée d’1/3, 0,3s de temps de pose

6. Adapter sa composition à l’ambiance et soigner le cadrage

Il faut se dire que des photos de coucher de soleil ce n’est pas ce qu’il manque, pour que votre photo sorte du lot ne négligez pas le cadrage.

Une fois que vous aurez trouvé votre premier plan, n’hésitez pas à tourner autour afin de trouver le meilleur angle. Il ne faut pas rester bloqué face au soleil, parfois bien souvent c’est en tournant le dos au soleil que l’ambiance est la plus belle (de beaux nuages éclairés en rose par le soleil par exemple).

Il faut également adapter son cadrage à la puissance du soleil. En effet, tout au long de sa descente, l’intensité lumineuse du soleil diminue, ainsi s’il est encore très haut dans le ciel, il vaut mieux le sortir du cadre pour éviter un contre jour violent et un flare/halo disgracieux.

Dans la majorité des cas, il est préférable de ne pas centrer le soleil, il vaut mieux le placer sur les points forts (intersections des lignes horizontales et verticales qui coupent l’image au tiers). Après comme toutes les règles, il ne faut pas les prendre au pied de la lettre.

Photo de coucher de soleil avec soleil excentré sur la droite
Exemple de composition avec un soleil déporté sur la droite
Photo de coucher de soleil avec soleil hors du cadre
Exemple de composition avec le soleil hors du cadrage (soleil encore trop puissant pour être intégré à la photo)
Coucher de soleil avec soleil au milieu de la photo
Exemple de composition avec soleil centrée (le premier étant bien centré, le centrage du soleil n’est pas un problème au contraire)
Photo avec soleil dans le dos
Exemple de composition en tournant le dos au soleil. Ce jour là, côté soleil c’était plat, le spectacle était derrière moi !

7. Ne pas partir tout de suite après le coucher du soleil

Lorsque que le soleil s’efface derrière l’horizon, nous entrons dans que l’on appelle l’Heure Bleue. L’heure bleue est le laps de temps qui sépare la fin du jour et le début de la nuit. Durant ce laps de temps, le ciel revêt un bleu intense, plus profond que le bleu du jour, et lorsqu’il reste des nuages ils se teintent d’un rose éclatant. L’heure bleue, contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, ne dure qu’une trentaine de minutes, il ne faut pas louper son coup, d’autant plus que la lumière se raréfie et que le temps de pose s’allonge considérablement.
L’heure bleue est très prisée par les photographes qui font de la prise de vue urbaine (cityscape), mais il ne faut pas la négliger pour les paysages (landscape & seascape).

Ciel rose après le coucher du soleil à l'heure bleue
Quelques minutes après le coucher du soleil
Place de la bourse de Bordeaux à l'heure bleue
L’heure bleue en photo urbaine (cityscape)
Le Wharf à l'heure bleue
De longues minutes après le coucher du soleil

8. Simplifiez-vous la vie ! Utilisez des filtres ND dégradés

Le plus compliqué dans la photo de coucher de soleil est la gestion du contre-jour ! Pour avoir le premier plan lumineux nous sommes obligés de sur-exposer le ciel et nous nous retrouvons avec un premier plan bien propre mais un ciel complètement blanc. C’est là qu’entrent en jeu les filtres ND Dégradés.

Si vous voulez en apprendre plus sur les filtres ND, je vous invite à lire ce test.
Pour résumer, un filtre ND (densité neutre) est un filtre opacifiant permettant de diminuer la quantité de lumière qui rentre dans votre objectif. Cela a pour but d’allonger le temps de pose et de créer des filets (d’eau et de nuage notamment).
Les filtres ND dégradés fonctionnent sur le même principe mais comme le nom l’indique, ils sont dégradés, c’est à dire qu’ils sont plus opacifiant sur le haut et transparent en bas. Cela permet d’assombrir le ciel tout en n’affectant pas le bas de photo. Ainsi ils permettent de rééquilibrer l’exposition globale de la photo en réduisant la lumière du ciel.

Pour illustrer voici deux photos brutes de capteur prises avec un filtre NiSi Grad Soft :

Photo sans filtre ND Grad et avec

À gauche la photo sans filtre et à droite la photo avec filtre. Au delà du ciel qui est bien présent sur la photo de droite, notez également l’exposition globale qui est plus lumineuse sur la partie inférieure.

Aujourd’hui les capteurs des boitiers reflex sont performants et permettent de se passer d’utiliser des filtres, mais cela implique de passer beaucoup plus de temps post-traitement. Il faut prendre aussi en compte que plus vous allez jouer sur les manettes dans Lightroom (ou autre) plus vous allez perdre en qualité d’image si on compare avec une photo bien meilleure à la prise de vue (mais c’est vraiment du chipotage, surtout pour les appareils haut de gamme).

Pour illustrer mon propos sur le post-traitement je me suis amusé à traiter les deux photos afin de voir s’il était possible, après coups, de voir laquelle était prise avec le filtre et la quelle sans le filtre, alors selon vous laquelle est avec le filtre ?

Photo sans filtre ND Grad et avec

Je dois vous avouer que ce cas précis était simple à gérer car le contre jour n’était pas énorme, lorsque vous avez vraiment le soleil en face de vous il devient vraiment compliqué de la gérer en post-traitement. Sachez tout de même que la photo avec filtre (à droite) a été traité en 3 minutes 23 secondes et que la photo sans filtre a été traité en 10 minutes 34 secondes soit 3 fois plus de temps pour un résultat sensiblement équivalent (la photo de droite a un ciel un peu plus doux que celle de gauche où l’on s’en que les hautes lumières sont à -100%, mais c’est pour chipoter).

9. Ne négligez pas le post-traitement

Une photo de coucher de soleil ce n’est pas simplement un clic sur l’appareil. Je ne veux pas relancer le débat entre la retouche, le traitement et le développement. En ce qui me concerne je prends mes photos en RAW, c’est en quelque sorte le négatif de la photographie numérique.

Un RAW n’est pas une image ! Dans un fichier RAW, les caractéristiques de l’image (luminosité, contraste, couleurs, etc.) ne sont pas enregistrées : c’est à vous de les ajuster lors du post-traitement. Contrairement au format JPG qui lui est interprété par le processeur de l’appareil photo dont il sort, d’ailleurs les appareils photos modernes sont capables de produire des photos HDR en JPG directement à la prise de vue, c’est dire si les photos sont naturellement retouchées par les appareils.

Vous l’aurez compris, je vous conseille de prendre vos photos en RAW afin de pouvoir, notamment, jouer sur les ombres et les hautes lumières afin de corriger (et non pas trafiquer) le contre-jour et l’exposition.
Personnellement je passe entre 10 minutes et 1 heure par photo de coucher de soleil, mon workflow passe par un redressement de l’image, rééquilibrage de la balance des blancs et de l’exposition. Pour le reste se sont des ajustements spécifiques afin d’obtenir le rendu le plus proche de ce que j’ai vu. Il n’est pas question de remplacement de ciel ou quelconque subterfuge.

Pour vous donner une idée, voilà une photo prise pour cet article avec plusieurs filtres : ND9 + Reverse GND 0.9 + Filtre polarisant. À gauche la photo avant, à droite la photo après.

Photo de coucher de soleil avant et après le post-traitement

L’utilisation du HDR, bonne ou mauvaise idée ?

Tout d’abord qu’est-ce que le HDR ? Le High Dynamic Range est une technique d’empilement de photos. Vous prenez 3 photos (en bracketing par exemple), une sous-exposée qui permettra d’avoir le ciel bien exposé, une normale et une sur-exposé pour le sol, en suite à l’aide d’un logiciel vous passez à l’assemblage des photos pour obtenir (en théorie) une photo parfaite…

Le HDR est souvent décrié par les photographes pros car la technique est souvent « mal » utilisée. En effet les photos HDR se retrouvent très/trop saturées, très/trop contrastée et avec beaucoup de clarté/structure. Mais il ne faut pas pour autant se dire que l’on ne peut pas (et que l’on ne doit pas) utiliser le HDR.

Lorsque les conditions sont difficiles, gros contre-jour, ou que je n’arrive pas à obtenir ce que je veux à la prise de vue, j’utilise le HDR. En modifiant soi-même les préférences on arrive à obtenir une photo au look naturel.
Pour ma part j’utilise Google Nik Software HDR Efex Pro (devenu gratuit depuis quelques temps), je vous recommande l’utilisation de ce logiciel, il propose des presets légers qui vous permettront de produire des photos HDR de qualité.

Pour illustrer mon propos, voici deux photos en traitées en HDR :

Coucher de soleil sur la plage de la Lagune par Jean-Philippe Bellon
Lever de soleil au Cap Ferret par Jean-Philippe Bellon

Maintenant c’est à vous de jouer !

J’espère que ces quelques conseils pour photographier les couchers de soleil vous aurons aidé ! N’hésitez pas à réagir ou à donner vos propres tuyaux en commentaire.

À bientôt,

Jean-Philippe
Visiter mon site

Photographie de couverture de l’article : Stefan Rodriguez

Laisser une réponse

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom