[Technique] Comment obtenir un fond parfaitement blanc en studio – part 1

1
183

Vous n’arrivez pas à obtenir un fond parfaitement blanc sur vos portraits en studio ou vos photos de produits ? Je vais expliquer pas par pas, comment obtenir un fond blanc en studio en quelques minutes.

Obtenir un fond parfaitement blanc pour intégrer votre image autour d’un cadre blanc ou sur votre site web n’est pas si simple. Cela demande une technique d’éclairage particulière (premier partie de cet article) et un peu de postprod selon la configuration de votre studio (second article à venir).
Photo d’exemple où l’on peut voir que le fond n’est pas uniformément blanc. Sample picture where you can see that the background is not seamless white everywhere.

1/ Disposez vos flashes

Pour avoir un beau blanc, sans coins sombres, le secret est de répartir de facon homogène la lumiere sur votre fond.
Pour cela il faudra 2 à 4 flashes dédiés sur votre fond. Ouais, assez couteux en flash, mais nous allons voir qu’avec deux flashs et pas trop recul l’étage post prod pourra nous permettre d’avoir quelque chose de très bien.

Configurations possibles

Pour éclairer votre sujet :

1 ou 2 flashes en lumière principale. un fond blanc ne veut pas forcément dire que vous devez faire quelque chose de très ou trop lumineux sur votre sujet. Le but ici n’est pas de faire du high key. On va donc placer notre lumiere principale à 4H (regarder sa montre à l’emplacement de l’appareil photo) du sujet.

Selon votre cadrage sérré ou large, vous avez toujours la possibilité de placer une seconde lumière de remplissage à 8h du sujet ou un réflecteur à 6H. Mais ici on va faire simple, la lumiere à 4H suffira à nous donner un peu de modelé. Choisissez une boite à lumière assez large si vous devez la reculer à plus d’1m50 du sujet afin d’avoir des ombres encore douces. Je conseillerais une 80x120cm ou une octabox de 120cm.

Pour éclairez votre fond :

Une fois la lumière du sujet validée (le plus important n’est ce pas), on va s’attaquer au fond. Le but ici est de cramer ce fond sans trop envoyer de lumière qui risquera de se refléter dans notre objectif pour donner un vilain « back flare » uniforme ou des bavures blanches autour de notre sujet :

Obtenir un « blanc 255 »

Plus le fond sera cramé, moins d’informations il restera dedans et plus blanc il sera. On appelle ce blanc, un « blanc 255 » car ilest obtenu lorsque toutes les valeurs RVB sont à 255.

Seul ce blanc vous donnera l’assurance d’avoir de ne pas voir de limite autour de votre photo à cause d’une légère différence de couleur. Cela évite notamment d’avoir de mauvaises surprises à l’impression.

Placez vos lumières en fonction de votre espace

« Plus c’est grand, plus c’est bon »

Mon dicton préféré qui fait rire encore pas mal de photographes, est encore valable ici. Plus la superficie de votre studio improvisé sera grande, plus vous pourrez placer vos lumières et avoir du recul. Ces deux facteurs de distance ont une influence certaine sur la qualité de votre résultat final. Plus votre studio sera petit, plus vous devrez faire des compromis notamment en post production.

Distance du sujet par rapport au fond

Plus votre sujet est éloigné du fond blanc, mieux ce sera pour éviter que vos flashs ne contaminent votre sujet. Il serait dommage d’avoir trop de dispersions lumineuses sur votre sujet.

Pour les petits espaces avec 4-5 mètres de recul, on peut placer des flags, panneaux ou réflecteurs avec face noire devant les flashs du fond afin de préserver notre modèle de toute réflexions indésirables :

Pour les plus grands espaces avec plus de 5 mètres de recul, on peut s’en affranchir, même si c’est toujours bien de les mettre :

Autre technique, les deux parapluies réflecteurs argentés ou blanc avec couverture noir. Vous orientez la face interne vers le fond (en mode réflexion pas diffusion), ce qui permettra d’avoir une dispersion optimale de la lumière pour gagner en homogénéité.

Setup avec stripbox sans grille nid d’abeille – Setup with bare stripbox

2/ Utilisez les ratios de flash

Au niveau de la puissance, je vous conseille de partir sur un ratio de 1.5 stop supérieur sur les deux flashs arrières. Cela veut dire que les flashes à l’arrière seront 1,5 stop plus puissant que votre lumière principale (soit 3 fois plus lumineux). En les réglant ainsi, vous éviterez les dispersions parasites que nous avons vu au début de l’article.

3/ Réglez votre boitier

Si vous n’avez pas encore de déclencheur ou de flashes, je vous conseille de prendre un système comme les Navigator X qui vous permettront de tout régler à distance. Cr sinon les déplacements seront nombreux pour aller régler chacun de vos flashes.
Felix Barjou avec notre système de déclenchement Quadralite Navigator X

Pour l’appareil photo : Mode M | 100 iso | 1/200s

Passez en mode M (manuel). On est dans un environnement controlé, donc pas besoin d’automatismes.
Réglez votre vitesse d’obturation sur 1/200s (1/160s pour les Canon 5D) et votre sensibilité sur 100 iso. Pour l’ouverture je vous laisse voir la quantité de flou que vous voulez derrière votre sujet.
Sachez que plus vous l’éloignerez du fond plus le fond sera flou. De même, plus votre ouverture sera grande, plus il sera flou. Donc les deux combinés multiplieront votre bokeh. Ici je vais me mettre à f/8.0 pour avoir le meilleur piqué possible avec mon optique.
Pensez à activer l’alerte de surexposition pour voir si votre fond est bien blanc et s’il reste des zones à couvrir avec vos flashes arrières.

4/ Utilisez la compression optique

 

Pour ce genre de photo, où il ne faut pas voir les flashes sur le coté, on va préférer des focales supérieures à 50mm. Mon 70-200mm est donc parfait pour un plein pied comme j’ai du recul dans les studios de PixedoLab. Mais certains d’entre vous n’ont peut etre pas autant de recul. Pas de soucis, je vous montrerai en post-prod dans la seconde partie pour enlever tout ca.
Là encore, plus c’est long, plus c’est bon 🙄. En effet prenez le réflex de systématiquement zoomer à fond ou prendre la plus longue focale possible pour reculer jusqu’au bout de votre pièce. Ainsi vous allez « activer la compression optique » pour :
  • rapprocher le fond de votre sujet,
  • créer un bokeh supplémentaire
  • limiter les déformations (grand angle) sur votre visage
  • et surtout éviter de voir le matériel tout autour de votre scène
Ce qui me connaisse savent que je déteste les zooms, car je préfère les focales fixes. Mais le studio est l’un des seuls endroits ou j’aime les utiliser, justement pour ces problèmes d’espace. Je suis le plus souvent au 24-70mm pour du plain-pieds voire au 70-200mm pour des portraits plus serrés.

5/ Derniers ajustements

J’utilise des flashes de studio Quadralite Pulse Pro commandés à distances avec les déclencheurs Navigator X. Derriere chaque flashes, des dongles USB me permettent de changer ma puissance à distance ce qui est très pratique.
Le principe ici est de régler la puissance de ses flashes pour cramer suffisamment le fond. Si on ne le crame pas assez alors il sera pas assez blanc, si on le crame trop on risque d’avoir du back flare qui vont parasiter notre sujet à cause de la surexposition du flash.
On va donc y aller pas à pas.
Je commence par régler mes flashes arrières sur 1/2 de leur valeur et voir si avec mes réglages boitiers (100 iso | f/8) mon fond est cramé. Souvent les flashes arrières sont plus sollicités. Essayez pour autant de ne pas aller à fond sinon votre temps de recyclage va se ralentir.
Si vous êtes arrivé à bout de la puissance de vos flashes, alors booster vos iso à 200 ou augmenter votre ouverture de f/8 à f/5.6 ou f/4 par ex. Soulager la puissance de vos flashes vous donnera des temps de recyclage plus courts entre chaque éclair.
Je teste, clic, il manque un peu de lumiere par ici ou par là en fonction de ce que vous voyez sur l’alerte d’exposition.
je bouge mes flashes, et j’arrive à une bonne exposition sur presque tout mon fond, car il clignote presque partout. Sauf mon sujet bien sûr qui n’est pas encore éclairé. J’allume maintenant ma source principale. Une fois les flashes arrières réglés je mets une valeur 1,5 stop inférieur sur mon flash principale, par ex 1/8 ou 1/4 selon ce que je mets comme boite à lumière devant.
Je teste avec l’ouverture décidée en fonction de ce que mes flashes arrières m’ont permis de faire. Et là j’ajuste si nécessaire, en ouvrant ou fermant mon diaphragme. Ne touchez plus à vos parametres boitier si vous devez encore ajuster vos flashes arrières. Vous risquerez de détruire l’expo de votre fond blanc. Et voilà vous prêt à shooter !

BONUS

Si vous voulez donner plus de style à vos photo alors créez des reflets avec une plaque de polystyrène translucide ou de plexi.
Tile board studio
Voilà pour la partie studio, a bientôt pour la suite devant photoshop.
A bientot sur Pixedolab.com !

Liste du matériel utilisé

1 COMMENTAIRE

Laisser une réponse

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom