[TEST] Essai de l’Irix 11mm f/4 en Ecosse

0
168

Fin août, Pixedo me contactait pour me proposer de tester le nouvel Irix 11mm pour une utilisation photo et Timelapse. Cela tombait bien, car je partais début septembre en Écosse pour y préparer un stage photo. J’étais très enthousiaste à l’idée de tester une focale aussi extrême. Ce test se veut avant tout un retour d’expérience après une utilisation sur le terrain.

Utilisant un Sony A7 et un A6000, il me fallait une bague adaptatrice pour pouvoir utiliser cet objectif qui ne se trouve qu’en monture Canon, Nikon et Pentax. Le test a donc été réalisé avec un adaptateur Métabones.

Conception

Il existe deux versions différentes de l’Irix 11mm : Firefly et Blackstone. J’ai testé la version Firefly qui est plus légère grâce à sa conception en plastique. Néanmoins, la qualité de construction est excellente et on sent qu’on a en main un produit qui va durer dans le temps. Il n’est pas possible d’utiliser des filtres vissant, mais l’arrière de l’objectif contient un petit compartiment pour y glisser des filtres gélatines. Irix a aussi eu la bonne idée d’ajouter un mécanisme qui permet de verrouiller la mise au point. Cela peut s’avérer particulièrement utile pour les Timelapse ou l’astrophotographie. Malheureusement, le système de verrouillage est difficile à utiliser et a tendance à faire changer la mise au point si on ne fait pas attention.

Focale

Un 11mm n’est pas une focale facile à utiliser tellement elle est large. Pour du paysage, il faut vraiment bien penser sa composition pour ne pas y intégrer d’éléments inutiles. Le travail de composition de l’avant-plan est vraiment essentiel quand on utilise un ultra grand-angle. Une focale large a aussi tendance à diminuer fortement la taille des éléments à l’arrière-plan. Cela peut se compenser en inclinant l’objectif vers le bas ce qui aura comme effet d’étirer les éléments en haut et dans les coins du cadre. C’est particulièrement intéressant avec les montagnes.

Sony A7 et Irix 11mm – Neist Point

A 11mm, les compositions verticales avec un avant-plan rapproché sont particulièrement indiquées. On peut ainsi profiter du grand-angle pour incorporer beaucoup de ciel tout en ayant des éléments très proches. Dans ce genre de situation, il est souvent utile de faire du focus stacking.

Sony A7 et Irix 11mm – Neist Point

Pour du cityscape, cet objectif est tout simplement excellent, car il permet de prendre des photos qui autrement seraient impossibles à réaliser. L’objectif permet aussi de se rapprocher au plus près des bâtiments et de leur donner un côté imposant.

Sony A7 et Irix 11mm – Université de Glasgow
Cathédrale Inverness
Sony A7 et Irix 11mm – Cathédrale d’Inverness

Sur un APS-C, on obtient l’équivalent d’un 16mm ce qui est plus facile à utiliser pour du paysage.

Sony A6000 et Irix 11mm – Plage d’Elgol
Tour ruine Glasgow
Sony A6000 et Irix 11mm

Distortion

Aussi surprenant que ça puisse paraître avec une telle focale, je n’ai pas remarqué de distorsion problématique. Voici une photo qui a été corrigée uniquement avec le profil de correction de Lightroom.

Sony A7 et Irix 11mm – Kelvingroove Art Gallery and Musem à Glasgow

Sunstar

Le rendu de la sunstar à F/22 est vraiment bon. Comme vous pouvez le voir, il n’y a quasiment pas de perte de contraste et juste un petit flare facile à enlever

Timelapses

Pour la réalisation de timelapses, l’Irix 11mm excelle en ville où sa focale permet de saisir des bâtiments difficiles à cadrer. Voici trois exemples de Timelapse réalisés avec l’Irix 11mm. Les deux premières avec le Sony A7 et la dernière avec le Sony A6000. Comme vous pouvez le voir, même en 4K, c’est bien net ! Le fait de pouvoir utiliser des filtres ND gélatines est important car il permet de diminuer la vitesse pour obtenir une effet de flou de mouvement.

Conclusion

L’Irix 11mm est un excellent objectif avec une belle finition. Il semble costaud pour tenir dans le temps tout en offrant une excellente qualité d’images. Ce 11mm offre notamment des possibilités de cadrage originaux voire impossibles avec une focale plus courte. Il est particulièrement indiqué pour la photo d’architecture. Son ouverture de F/4 permet de l’utiliser pour de l’astrophotographie. Espérons qu’Irix produise rapidement une version pour les mirrorless Sony qui devrait être plus en accord avec la taille de l’appareil.

 

Laisser une réponse

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom