[ASTUCES & TECHNIQUES] Photographie équestre, quel matériel privilégier ?

0
121
Graindepixel-photographie-equestre

Les chevaux c’est une discipline un peu à part tout comme la photo animalière ou autre discipline atypique. Cela inclut comme bien d’autres des contraintes qui vont devoir vous demander d’orienter voter choix de matériel adapté à vos besoins. Cet article se veut assez généraliste sans recommander de marques en particulier. Le catalogue matériel est vaste et les marques nombreuses. Chacun verra donc en fonction de ce qu’il possède ou de ses préférences.

Matériel spécifique ou généraliste ?

Pas besoin d’investir dans des optiques ou un boitier coûteux si vous en êtes au stade de débutant. En effet rien n’est plus inadapté pour quelqu’un qui fait ses premiers pas que d’investir dans des optiques, boitiers ou accessoires dont il n’aura peut-être plus l’utilité le jour où il se rendra compte que sa pratique se dirige en fait majoritairement vers du paysage. Donc pour un débutant : utilisez le matériel à votre disposition et apprenez avant d’investir, à maitriser les règles de compositions, ou encore maitriser le triangle d’exposition.

Photographie equestre Pixedolab
© Photo by Franck SIMON

Les boitiers

Je ne recommanderais pas de marques ou de boitiers spécifiques. Chacun a ses avantages et sa gamme de prix. L’avantage d’un boitier DX sera d’avoir un parc optique moins coûteux mais aussi la présence du coefficient multiplicateur. Le boitier FX offrira lui une montée en iso plus importante avec un bruit numérique mieux maitrisé. Cet avantage est intéressant puisque le cheval en mouvement demande une vitesse d’obturation importante dans le cas où vous souhaitez figer le mouvement proprement. Les conditions de luminosités étant parfois assez variables voire catastrophique surtout lorsque vous êtes en in-door. Shooter un concours hippique en manège couvert devient rapidement un véritable casse-tête. Le fait de monter à des valeurs iso plus importantes (4000 voire 6400 ou plus) est non négligeable en conservant une qualité d’image satisfaisante et pas trop dégradée. Certes les évolutions récentes ont démontré que cet avantage est en vue d’être rattrapé par les nouvelles technologies sur les boitiers FX. Un D500 de chez Nikon aura une montée en iso assez propre même à hautes valeurs.

Concernant les boitiers hybrides comme chez Fuji ou Olympus, Sony je ne m’avancerais pas faute d’avoir eu l’occasion de les prendre en main. A savoir que les viseurs électroniques et les AF liés sont subis des évolutions non négligeables et s’améliorent constamment. Là où ces marques étaient peu recommandées pour des photos sportives il y a peu, elles amorcent une progression qui pourrait changer la donne : moins de latence dans le viseur électronique, AF plus performant, cadence d’images élevées etc.

Photographie equine Pixedo
© Photo by Franck SIMON

Parlons optique

Le cheval est un animal imposant d’environ 500kg, de taille au garrot de 1.50 m jusqu’à beaucoup plus. Il va donc falloir être attentif à respecter les volumes de l’animal et éviter les déformations. Pour ce faire et assurer un certain confort je recommande comme beaucoup de confrères de mon domaine d’investir dans un 70-200. Alors en fonction de son usage et de son budget on passera soit sur une solution grand public comme le Tamron 70-300. Ce dernier sera vite limité par son ouverture mais sera déjà un bon départ pour un budget maitrisé.

Ensuite il existe des solutions intermédiaires comme les 70-200 F4 constant pour un budget moyen puis l’ultime outil, celui qui ne quitte plus mon boitier le 70-200 à ouverture f2.8 constant. Ce dernier est vraiment un caillou fantastique. J’utilise la version Nikkor VR1. Attention tout de même : cet objectif bien que solide, efficace, avec un AF diabolique et un piqué assez exceptionnel ; a un défaut majeur : son poids. Après une après-midi de shoot je vous assure que votre dos le sent passer. Mais on abordera après les solutions recommandées comme les courroies.

Pour ce qui est des focales fixes il y a plusieurs possibilités suivant les marques : du 85 f1.8 ou 1.4, le 135 f2 de chez canon voire les 300mm 2.8 etc. Bon l’ultime Graal reste le 200mm f2 mais je vous conseille de vider votre compte en suisse pour vous l’offrir. Ces optiques sont juste splendides. Le problème va être que vous n’aurez pour zoom que vos pieds. Le cheval étant un animal très dynamique les choses seront plus complexes. Mais cela n’empêche le fait que la production d’images en conditions maitrisées : cheval tenu en longe, monté etc. sera plus que réalisable et surtout pour un résultat splendide grâce à une profondeur de champs très courte. Ensuite dans un cadre dynamique (liberté par exemple) ce sera plus compliqué de composer.

Materiel pour photo equine Pixedolab
© Photo by Franck SIMON

Le dos, les courroies

Il est une chose qui est primordiale c’est la santé de son dos mais pas que. La photographie équestre c’est aussi un milieu dangereux pour le matériel. Les risques de chocs sont importants. Pour ce faire il existe des courroies. Je ne parle pas des courroies livrées avec l’appareil qui sont juste bonne pour la ballade du dimanche en famille ou le repas avec tonton et tata. Je parle de courroies néoprène et autre : Carry-Speed, Blackrapid ou encore Optech USA. Des courroies qui sécuriseront votre boitier et économiseront votre dos surtout quand vous vous baladez une journée avec un boitier grippé et une optique de 1kg. Le poids sera mieux réparti sur vos épaules et votre coûteux matériel sera mieux attaché.

Filtres et autres accessoires

Les filtres en dehors du filtre de protection de mes optiques je n’en utilise pas. J’avoue n’en avoir jamais eu le besoin durant mes séances. Le filtre de protection par contre, malgré les avis partagés sur le sujet par la communauté photographique, je le conseille plus que mesure. Un 70-200 2.8 à plus de 2000 euros qui tombe au sol ou un choc violent contre la lentille frontale et ce sont vos économies qui s ‘envolent. Certes c’est 0.001% de chance que ça vous arrive mais quand c’est le cas…

Materiel pour la photo chevaux Pixedo
© Photo by Franck SIMON

Mon sac photo

Pour ma part je travaille avec un D750 de chez Nikon associé à un 70-200 de la même marque. Je l’accompagne d’un 24-70 Nikkor qui me sert pour mes prises de vues générales, backstage, illustration etc. Avec lui un 50 mm 1.8. L’indispensable. L’optique que chaque photographe dispose. Celle qui dépanne en tout temps et permets de shooter à très grande ouverture. Je l’utilise peu mais il est toujours là pour me dépanner en cas de besoins spécifiques. Un sac à dos peu rempli et qui me suffit amplement pour couvrir mes besoins quotidiens.

Laisser une réponse

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom